`

 


histoire de l'algérie



chronologie


Accueil
Auteur
Livre
Wilaya 4
Armée française
Histoire
Documents
Bibliographie
Ressources
Contact

Histoire
 
Chronologie

  1830-1954
  1954
  1955
  1956
  1957
  1958
  1959
  1960
  1961
  1962
  Depuis 1962


1955


  Janvier
- Boudiaf charge Tarbaiche d'organiser la Fédération de France du FLN.

  Janvier 18 - Mort de Didouche Mourad chef de la zone 2 (wilaya II) dans un accrochage avec les unités parachutistes du colonel Ducourneau, à Oued-Boukarkour, près de Smendou. Il était membre du Comité des 22 et l'un des principaux fondateurs du FLN. 

  Janvier 18 – février 24 - Opération Véronique dans le Djebel Ahmar Kheddou (Aurès) avec 5 000 soldats. Neuf morts du côté du FLN. 

  Janvier 20 - Jacques Chevallier, nommé ministre de la défense après le remaniement opéré par Mendès-France.

  Janvier 23 - Opération Violette dans l'Aurès, prolongement de l'opération Véronique, avec 3 300 soldats, dirigée par le colonel Millet.

 Janvier 26 - Jacques Soustelle (1912-1990) est nommé gouverneur général.en Algérie.

  Février 5 – le gouvernement Pierre Mendès-France est renversé. Considéré par les ultras d'Algérie, comme le liquidateur de l'Indochine, de la Tunisie et du Maroc.

  Février 10 - Réunion au Caire entre Ben Bella, Khider, Ait Ahmed, Boudiaf et Mezghana (Messaliste) qui aboutit à une déclaration commune annonçant la création du FLN.
  Adh
ésion de Abane Ramdane au FLN, Il devient d'abord conseiller politique à la  zone 4 (future Wilaya. IV). Abane Ramdane s'imposera comme le théoricien de la révolution. Rompant avec Messali et ses fidèles partisans, il oeuvra au ralliement des autres partis et formations algériennnes au FLN. Mais c'est surtout au Congrès de la Soummam qu'il montrera ses qualités politique et une grande capacité d'organisateur.

  Février 11 – Gouvernement d'Edgar Faure. Jacques Soustelle est gouverneur de l’Algérie.

  Février 11 - Ben Boulaid, chef de la zone 1 (future wilaya I) est fait prisonnier à la frontière algéro-libyenne. Il est incarcéré d'abord en Tunisie avant d'etre transféré à la prison de Constantine d'où il s'évade.

  Février 12 - Jaques Soustelle, le nouveau Gouverneur général arrive à Alger.

  Février 23 - Second ministère Edgar Faure.

  Mars – Soustelle demande au gouvernement le droit s’adapter la législation aux conditions de la guerre qu’on appelait “maintien de l’ordre”.

  Mars 3 - La consultation électorale prévue pour mi-mars est ajournée pour le Sud et le Sud-Est constantinois.

  Mars 15 - Bourgès-Maunoury, ministre de l'Intérieur, annonce au conseil des ministre que d'importantes mesures militaires allaient être proposées au Conseil supérieur de la Défense nationale : un état d'exception ou d'urgence.
  Soustelle, Gouverneur général, est attendu à Paris, pour en discuter avec le ministre de l'Intérieur.

  Mars 22 - L'état d'urgence en Algérie, approuvé par le Conseil des ministres, est déposé le même jour à l'Assemblée nationale française, le gouvernement délimitera par décret les territoires l'état d'urgence sera appliqué. Les nouvelles mesures et dispositions permetront de soumettre dans certains cas les crimes et délits à la juridiction  militaire.

  Mars 23 - Arrestation de Rabah Bitat, le chef de la zone de l'Algérois (future Wilaya 4). C'est le troisième "pères de la révoluion", après Didouche et Ben Boulaid, qui est éliminé depuis le début de l'Insurrection. Il avait été dénoncé par l'adjudant Slimane dit Djoudène. Djoudène était membre du MTLD. Il était le responsable du parti à Bouira et bénéficiait de la confiance des dirigeants du FLN, Il était en même temps un "indicateur" de l'administration française. C'est ainsi qu'il atttira Bitat dans un guet-apens sous prétexte de lui remettre un message de la délégation FLN  extérieure.

  Mars 28 - Soustelle rencontre des personnalités politiques algériennes tels que Ferhat Abbas pour l'UDMA, Tewfik el Madani et Kheireddine, pour les Oulema.

  Mars 30 - Sur demande de Soustelle, dix huit officiers des affaires indigènes du Maroc arrivent en Algérie, sous le commandement du lieutenant-colonel Verlier. Ils seront envoyés en mission dans les Aurès.

  Mars 31 - Promulgation de l'état d'urgence en Algérie. (Aurès, Kabylie). l’Assemblée Nationale accroît les pouvoirs de l’armée et autorise le “déplacement” des populations “contaminées” dans des camps de regroupement. Le premier camp ouvert à Khenchela groupera cent soixante personnes. Bientôt, ce sera des centaine de milliers de personnes qu’on arrachera à leurs terres.

  Avril 1 - L'état d'urgence pour une période de six mois, en Algérie, voté à l'Assemblée nationale par 379 voix contre 219 entre immédiatement en application.

  Avril 4 - Décret fixant l'application de l'état d'urgence aux régions aurèsienne, constantinoise et kabyle qui englobent environ un million et demi de personnes.

  Avril 13 - Edgare Faure, président du Conseil déclare : “Il n'est pas normal qu'un pays (la Libye) qui doit son indépendance à l'initiative américaine, entretienne sur son territoire, près des frontières orientales de la Tunisie, des camps l'on forme des hommes pour la guerre de guerilla, pour des raids et des assassinats”. Cette déclaration avait pour but principal de susciter la réaction des pays membres de l'OTAN et surtout celle des Américains et pour préparer le terr
ain à utiliser les forces françaises de l'OTAN dans la guerre d'Algérie. François Mitterand l'avait explicité dans sa déclaration au Parisien libéré, le 21 novembre 1954.

  Avril 17 - Conférence afro-asiatique de Bandung. Apparition du bloc des «non-alignés». le F.L.N. vient d’être reconnu officiellement à la Conférence de Bandung par les nations non-alignées.

  Avril 23 - Résolution en faveur des pays maghébins, à la Conférence de Bandung. Grâce au soutien de Nasser, une délégation algérienne, figuraient M. Yazid et Ait Ahmed, fut admise à la conférence. Ce fut la premiere assise à laquelle participait le FLN.
  Application de la censure en vertu de l'état d'urgence.

  Avril 24/25 - Soustelle, accompagné du préfet de Constantine M. Dupuch et du général Cherriere, se rend à Paris pour discuter de la situation en Algérie et surtout de celle de l'Aurès, avec le ministre de l'intérieur et les membres du Gouvernement. À la suite des entretiens Edgare Faure - Soustelle, il fut décidé la création d'un commandement dans la zone d'urgence du Constantinois, sous l'autorité et la responsabilité du préfet. Un officier général sera chargé de la direction de toutes les opérations civiles et militaires, à compter du 1er mai 1955.
  Communiqué du Gouvernement général relatif à la résolution de Bandung. Le Gouvernement général proteste contre la résolution de Bandung sur le droit de l'indépendance de la Tunisie, du Maroc, et de l'Algérie qui signifie une ingérence dans les affaires intérieures francaises. Le communiqué insiste sur l'attitude de certains pays du groupe afro-asiatique qui abritent et entrainent des hommes du FLN. .

  Avril 28 - L'état d'urgence est étendu aux communes de Biskra et d'El-Oued.
  Dans la zone d'urgence, les réunions publiques sont interdites dans la région de Batna et dans les communes mixtes de Tébessa. Le général Parlange, chef de la région d'Agadir, est nommé Commandant unique dans l'Aures.

  Avril 29 - Rencontre De Gaulle-Edgar Faure à l'hotel La Peyrouse à Paris ils s'entretiennent de la situation en Algérie.

 
Avril 30 - Un groupe de combattants ALN attaque et désarme un goum dans la région de Philippeville.

  Mai -
Les effectifs de l'armée française en Algérie sont portés à 100 000 hommes.

  Mai 11 - Le gouvernement d'Edgar Faure décide de neutraliser les principaux chefs FLN. Le SDECE lance la mission Hors-Jeu entretenant le mythe de la " Main rouge " (contre-terroristes autonomes s'en prenant au FLN).

  Mai 16 - Effectifs militaires portés à 100 000 hommes.
  L'Assemblée générale de l'ONU vote l'inscription de l'affaire algérienne à l'ordre du jour.

  Mai 19 - Début du mouvement des rappelés en France.

  Juillet - Le général Lorillot commandant de la 10e Région militaire (en mars 1956, Commandant suprême interarmées).

  Juillet - Congrès constitutif de l'Union Générale des Étudiants Musulmans Algériens ( UGEMA). Les centralistes du MTLD ( membres du comité central) rejoignent le FLN.

  Aout 20 -  Insurrection généralisée de la wilaya 2 (Nord-Constantinois) avec Zighout Youssef: 39 localités attaquées à midi (171 civils français égorgés, dont 1/3 d'enfants, notamment à El-Halia, 35 morts) ; représailles : 1 273 musulmans exécutés.

  Aout 24/30 -  Rappel des 60 000 disponibles.

  Aout 30 - État d'urgence pour toute l'Algérie.

  Septembre - Première manifestation des appelés du contingent. 
  Transfert en Algérie de centaines de travailleurs algériens arrêtés en France.
  L'hebdomadaire "France Observateur" publie un reportage réalisé dans les maquis par Robert Barrat qui révèle les conditions politiques exigées par le FLN pour un cessez-le feu. Le journal est saisi et R..Barrat arrêté. 
  Inscription de la question algérienne à la 10ème Assemblée Générale de l'ONU.
  Grève des commerçants à Alger à la veille de l'ouverture de la cession de l'ONU.
  Le FLN dénonce la tenue des élections en Algérie. Les élus de l'UDMA se démettent de leurs mandats électifs et se prononcent pour "une république algérienne démocratique et sociale". Les élus du MTLD encore libres se retirent des conseils municipaux.

  Septembre 12 - Interdiction du Parti Communiste Algérien.

  Septembre 30 – La question algérienne est inscrite à l’ordre du jour de l’Organisation des Nations Unies.

  Novembre – L'Assemblée Nationale vota la dissolution du gouvernement Edgar Faure.
  Indépendence du Maroc.
  Création des SAS (Sections administratives spécialisées).

  Novembre 6 - Le sultan du Maroc Mohammed Ben Youssef signe à Paris, le 6 novembre 1955, avec le gouvernement français la déclaration d'indépendance du Maroc. Ce qui pour le maréchal Lyautey semblait s'inscrire dans le sens de l'Histoire dès 1920.

  Décembre 21 - Ralliement de Kerbadou Ali avec 500 hommes.(Aurès).

  Décembre 29 - L'Express reproduit des photographies de l'exécution illégale d'un rebelle algérien par un gendarme auxiliaire français, en août 1955.


Du FLN à L’OAS est en vente dans toutes les librairies de qualité. Vous pouvez aussi le commander chez Amazon France, la livraison peut être gratuite. Renseignez-vous auprès de Amazon France.



Copyright© 2008-09 Madoui. All Rights Reserved.