histoire de l'algérie



chronologie


Accueil
Auteur
Livre
Wilaya 4
Armée française
Histoire
Documents
Bibliographie
Ressources
Contact

Histoire
 
Chronologie

  1830-1954
  1954
  1955
  1956
  1957
  1958
  1959
  1960
  1961
  1962
  Depuis 1962






1956


 
1956 -  Face à la généralisation de la rébellion, la France engage le contingent en Algérie. 
  En avril, les hommes ayant accompli la durée légale (18 mois) de leur service militaire actif sont rappelés ou maintenus sous les drapeaux. Près de 2500 officiers de réserve sont également rappelés.

Janvier
- L'UDMA de Ferhat Abbas rejoint le FLN. 
  Les Oulémas exigent "la libre existence de la Nation Algérienne, son Gouvernement National, son Assemblée Souveraine". 
  Le comité d'action des intellectuels contre la poursuite de la guerre organise un meeting avec J. Amrouche, R. Barrat, A. Césaire, J.P. Sartre…"Que la France reconnaisse le fait algérien…l'exigence d'un peuple à devenir officiellement une Nation".

  Janvier 2 - Le Front Républicain composé de socialistes et de républicains gagne les élections.

  Janvier 12 - Décrets sur pouvoirs spéciaux.

  Janvier 20 - Manifestations violentes à Tlemcen.

  Février - Déclaration du FLN au journal "Le Monde": propositions pour un cessez-le-feu.
  Guy Mollet est accueilli à Alger par des manifestations d'hostilité des européens d'Algérie. Il déclare que "la France doit rester en Algérie et elle y restera". Le général Catroux, ministre résidant en Algérie démissionne, Robert Lacoste le remplace.
  Les Oulémas rejoignirent le FLN qui rejette le MNA et toute tentative de division des rangs des combattants pour l'indépendance.
  Création de l'Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) avec à sa tête Aïssat Idir.

  Février 1 – L'Assemblée Nationale investi le gouvernement Guy Mollet, premier ministre. George Catroux ministre resident en Algérie. Il n’y mettra jamais les pieds. Guy Mollet lui demande de démissionner quand Guy Mollet avait reçu des tomates sur la gueule à Alger..

  Février 2 - Jacques Soustelle quitte Alger.

 Février 6 - Alger. Manifestation des ultras et jets de tomates des Européens contre Guy Mollet (PM) qui demande par téléphone au général Catroux de démissionner (nommé ministre résident depuis 8 jours mais encore en métropole)..

  Février 7 - Le général Catroux est remplacé par Robert Lacoste (1898-1989, socialiste).

  Février 9 – Robert Lacoste est nommé minister résident en Algérie par Guy Mollet.

  Février 14 – UGTA créée sous l'égide du MNA.

  Février 21 - Ferhat Abbas et Ahmed Francis passent en France.

  Février 16 – Le décret 55-196 stipule que Robert Lacoste devient “dépositaire des pouvoirs du gouvernement de la République française en Algérie”.

  Février 24 -  Naissance de l'Union générale des travailleurs algeriens. (ugta).

  Mars/Avril: Décrets qui approuvent un accroissement des actions militaires et rappel des reservistes. L’Algérie fut divisée en 3 zones: une “zone d’opérations”, une “zone de pacification” et une “zone interdite”.

  Mars 2 - Indépendance du Maroc.

  Mars 9 - Paris, manifestation d'Algériens contre le vote des pouvoirs spéciaux (6 morts).

  Mars 11 - 455 voix (communistes compris) contre 76 (poujadistes et droite) votent les pouvoirs spéciaux pour le gouvernement. Le Parlement adopte une loi sur les “pouvoirs spéciaux” (455 voix contre 76). Cette loi suspend, entre autres, presque toutes les garanties des libertés individuelles en Algérie.

  Mars 16 – Il est promulgué une loi, autorisant le gouvernement à mettre en oeuvre en Algérie un programme d’excéption économique, de progress social et de réformes administratives et l’habilitant à prendre des measures exceptionnelles en vue du rétablissement de l’ordre et de la protection des personnes et des biens et de la sauvegarde du territoire.

  Mars 16 - Attentats du FLN contre des civils à Alger. Quatre jours après l’adoption des “pouvoirs spéciaux” le F.L.N. lance une série d’attentats. Robert Lacoste impose un couvre feu sur Alger. L’opinion publique française réchigne à l’extension du service militaire qui passe à vingt huit mois.

  Mars 20 – Indépendence de la Tunisie.

  Avril 4 - L'aspirant communiste Henri-François Maillot déserte en livrant des armes au FLN (tué le 2 juin).

  Avril 6 - La bataille du Djeurf.

  Avril 11 - Le service militaire porté à 27 mois, rappel de 70 000 disponibles.

  Avril 12 - L'Assemblée algérienne est dissoute, beaucoup de musulmans ayant démissionné.

  Avril - L'arrivée du contingent, échec de négociations secrètes.

  Avril 22 - Ferhat Abbas et le chef des Ouléma rallient le FLN au Caire.
  Pierre Mendès France, ministre d'Etat sans portefeuille, en désaccord avec la politique algérienne du gouvernement, démissionne.

  Mai - Quadrillage de l'Algérie.

  Mai 18 - Grève des étudiants.
  19 appelés français, arrivés depuis seulement une semaine, sont massacrés.

  Mai 19 - L'UGEMA lance un mot d'ordre de grève pour une durée illimitée et invite les étudiants et les intellectuels à rejoindre le FLN et l'ALN.
  Le FLN renouvelle son offre de paix dans le cadre d'une reconnaissance solennelle du droit à l'indépendance de l'Algérie et de l'exercice de la souveraineté nationale par l'ensemble du peuple algérien, sans distinction de race ni de religion.

  Mai 19: Le 18 mai, une embuscade tendue par le commando “Ali Khodja” dans la région de Palestro en wilaya 4 fait 20 morts chez les rappelés du 9ème R.I.C., encore dépourvus d'expérience dans la contre-guerilla.

  Juin 19 -  Exécutions de 2 membres du FLN ordonnées par les tribunaux (représailles: 49 colons tués) avant l'assaut de la Casbah par les Européens (70 musulmans tués).

  Juin 20/21 - Bombe à Alger.

  Juin 26 : Le 14ème R.C.P. de Toulouse débarque à Oran, mis au service du Corps d'Armée d'Alger en tant qu'unité d'intervention. Le général LORILLOT, commandant en Algérie, dispose au cours de l'été de près de 400 000 hommes.

  Juillet – Négociations secrètes entre M’Hamed Yazid et Abderahmane Kioune et Pierre Comin (SFIO)

  Juillet 5 - Grève générale des Algériens en France et dans le département d'Alger.

  Août 10 - Bombe « contre-terroriste » rue de Thèbes dans la casbah d'Alger.

  Août 20/Septembre 19 - Congrès du FLN à La Soummam (Kabylie); affirme la primauté du politique sur le militaire et de l'intérieur sur l'extérieur (rédacteur principal Abane Ramdane) ; la reconnaissance de l'indépendance est un préalable à l'ouverture de négociations ; désigne un Conseil national de la révolution qui désigne un comité de coordination et d'exécution de 5 membres.
  Le Congrès historique de la Soummam adopte la plate-forme du FLN qui définit les buts de la guerre, fixe les conditions du cessez-le-feu, des négociations de paix avec, comme seul et unique représentant du peuple algérien, le FLN; il élabore la stratégie de lutte armée pour l'indépendance, primauté du politique sur le militaire et de l'intérieur sur l'extérieur, découpage du territoire National en six wilayas, désignation d'un Conseil National de la Révolution Algérienne (CNRA) et d'un Comité de Coordination et d'Exécution (CCE).

  Septembre - 600 000 hommes en Algérie.
  Création de l'Union Générale des Commerçants Algériens (UGCA) qui préconise des négociations avec le FLN.

  Septembre 1/5 -  Les négociations secrètes échouent à Rome, la France ne voulant pas aller au-delà de la personnalité algérienne.

  Septembre 15 -  Contacts Yazid-Comin à Rome.

  Septembre 30 -  Attentat des cafés Milk Bar et Cafétéria.

  Octobre 2 -  Bataille du djebel Amour.

  Octobre 16  - L'Athos chargé d'armes tchèques est arraisonné au large d'Oran.

  Octobre 22 - L'avion d'Air Atlas conduisant de Rabat à Tunis Ben Bella, Aït Ahmed, Boudiaf, Khider, Lacheraf, est détourné sur Alger ; ils sont prisonniers ; conséquences : plusieurs dizaines de Français tués à Meknès (Maroc) ; le roi du Maroc soutient le FLN. Les Français établissent un barrage à la frontière algéro-marocaine.

  Novembre 2/6 -  Expédition de Suez.

  Novembre 15 – La question algérienne est mise à l’ordre du jour à l’ONU.

  Décembre 1 -  Le général Salan (1899-1984), commandant supérieur interarmées, chef de la 10e région militaire, remplace Lorillot.

  Décembre 5 : Le gouvernement français dissout les conseils généraux et les municipalités en Algérie.

  Décembre 28 - Amédée Froger, maire de Boufarik, est assassiné (massacres d'Algériens le jour des obsèques).

  À la fin de 1956, avec 350,000 soldats français en Algérie, la guerre prit une tournure violente. La répression française avait forcé plusieurs milliers d’Algériens à prendre le maquis, en particulier les étudiants après leur grève de mars 1956. La plupart des élus algériens et des chefs de partis politiques, tel que Ferhat Abbas, qui n’avaient pas encore pris position, rejoignèrent le FLN.


Du FLN à L’OAS est en vente dans toutes les librairies de qualité. Vous pouvez aussi le commander chez Amazon France, la livraison peut être gratuite. Renseignez-vous auprès de Amazon France.



Copyright© 2008-09 Madoui. All Rights Reserved.